A propos

photo

Sur fond de poésie magico- mystique et de danse sauvage Lia a tour à tour était coiffeuse, teneuse d’auberge de jeunesse, professeure de FLE et de français. Le temps, les livres, le voyage, les expériences humaines, artistiques, vibratoires, et divers outils thérapeutiques et ésotériques ont été et continuent d’être ses formateurs. 

Fortement attirée par la magie et la spiritualité elle commence son apprentissage en autodidacte à l’adolescence. Bouleversée par un voyage au Brésil elle se forme en Langue Lettre et Civilisation Luso-Brésilienne option anthropologie puis en Science du langage-FLE. Pendant 10 ans elle réalise des aller retours entre la France et le Brésil, fascinée par la sacralité et la diversité de croyances présentes sur ce territoire ainsi que par la richesse et la force des traditions populaires.

La rencontre avec ces différentes lectures du monde et du divin, couplée à son intérêt pour les sciences humaines et les médecines parallèles l’amène à se questionner sur sa propre place, ses besoins et ses représentations. Ces 10 années constituent une traversée personnelle, marquée par une quête de sens, de savoirs et de mysticisme. Après quoi elle initie une psychanalyse centrée sur la question de la magie du féminin et de l’ancestralité, découvre les cercles de femmes, et est initiée au reiki jusqu’au niveau 3.

 Peu à peu les différents éléments d’une histoire morcelée et les connaissances assimilées aux longs des années se structurent c’est alors que le projet MamaluaReiki voit le jour. Particulièrement reconnaissante au pouvoir guérisseur du Féminin Sacré elle travaille depuis 2017 à l’élaboration de son propre système de soin et d’accompagnement  ainsi qu’à la facilitation de cercles de femmes.

Lia et aussi la fondatrice de l’association Gaiæ Filiæ qui propose des tentes rouges et roses en centre social et milieu scolaire afin d’informer, sensibiliser, et partager un moment de bien-être, de créativité et d’échange à des femmes et des jeunes filles souvent isolées et tenues à l’écart des débats sur la condition féminine.